Samedi 16 novembre à 17h30 au Pointculture Féminisme noir et empowerment

A l’occasion du festival Féministe toi-même : Rencontre avec les féministes brésiliennes Djamila Ribeiro et Joice Berth à l’occasion du lancement en français de “Empowerment et le féminisme noir” de Joice Berth (aux éditions Anacaona).

L’empowerment, qu’est-ce que c’est ? C’est un concept révolutionnaire que la pensée néolibérale avait quelque peu aseptisé, mais Joice nous présente cet outil d’émancipation et c’est enthousiasmant !

Lors de cette rencontre, les activistes Djamila et Joice parleront de féminisme mais aussi de sexisme, racisme, droits LGBT, pensée décoloniale, vivre ensemble, et activisme sur les réseaux sociaux entre autres thèmes. Ce sera également l’occasion de revenir sur les deux essais de Djamila Ribeiro publiés en mai, “La place de la parole noire” et “Chroniques sur le féminisme noir”.

Mercredi 20 novembre à 19h Rencontre et dédicaces avec Catherine Ocelot

Catherine Ocelot est une autrice et dessinatrice québécoise.
Elle débute sa carrière à Radio-Canada comme directrice artistique et designer, et poursuit à son compte comme dessinatrice et motion designer. Dans ses œuvres, Catherine s’intéresse à la communication, à l’impact qu’ont les autres sur nous, et s’amuse à mettre en scène avec un humour mélancolique les aspects merveilleux, précieux et parfois tristes qui tissent nos relations

Catherine Ocelot viendra nous présenter son album La vie d’artiste, paru en mars 2018 aux éditions Mécanique générale et en novembre 2019 chez la ville brûle.
Dans ce récit d’autofiction, elle met en scène des dialogues entre elle-même et des artistes de diverses disciplines, pour les interroger sur leurs parcours et les nombreuses facettes de leurs vies d’artistes. Elle mêle ces rencontres avec des scènes de sa vie quotidienne, et montre ainsi comment notre existence peut évoluer au contact des autres.

La vie d’artiste fut finaliste pour le Prix des libraires du Québec et a remporté le prix Bédélys 2019.

Mercredi 6 novembre à 19h Rencontre avec Paul Magnette

Après un livre sur la poésie de Pasolini, Paul Magnette nous revient avec un livre consacré à sa passion pour le pain, édité à la Renaissance du Livre.
En 200 pages, il concentre de longues années de recherches, d’expériences et d’échanges avec de nombreux spécialistes et gens de métier, sur le thème du pain.

Réservation par courriel à l’adresse librairie@tulitu.eu

Soirée archi complète Mercredi 30 octobre à 19h Atelier de création de fanzine collectif sur le féminisme

Lucile de Pesloüan est autrice et éditrice à Montréal.
C’est sous le nom de Shushanna Bikini London, qu’elle a commencé à publier ses textes sous forme de fanzines en 2012. Son manifeste féministe Pourquoi les filles ont mal au ventre ? illustré par Geneviève Darling, paru chez Hachette, a d’abord été publié au Québec. Elle a également publié Les histoires de Shushanna Bikini London, aux Éditions Rodrigol (2018) et J’ai mal et pourtant, ça ne se voit pas… chez Isatis au Québec (2018).
Elle est présentement en résidence de création à Bruxelles pour écrire son prochain livre, C’est quoi l’amour ? qui paraîtra aux Éditions Isatis au printemps 2020.

Lucile nous proposera un atelier de création de fanzine collectif sur le féminisme.
Après une lecture collective du roman graphique Pourquoi les filles ont mal au ventre ? nous réfléchirons ensemble sur les enjeux féministes grâce à la discussion et la création. Chacune et chacun repartira avec un fanzine unique dans lequel tout le monde laissera sa trace.

La soirée est archi complète.

Jeudi 21 novembre à 18h30 Rencontre avec Aurore Koechlin à la Bellone

Aurore Koechlin sociologue doctorante à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne.

Elle publie aux Éditions Amsterdam “La révolution féministe”

“Le féminisme est révolutionnaire ou il n’est pas : voilà la thèse soutenue par Aurore Koechlin, qui se propose d’abord de guider ses lectrices et lecteurs à travers l’histoire trop méconnue des différentes vagues féministes. Du MLF à l’intersectionnalité, de l’émergence d’un « féminisme d’État » au féminisme de la reproduction sociale, ce petit livre tire le bilan politique et intellectuel d’une quarantaine d’années de combats, repère leurs impasses, souligne leurs forces, pour contribuer aux luttes actuelles et à venir.”

La rencontre sera animée par Caroline Godart.

En collaboration avec la Bellone

Réservation à l’adresse courriel de TULITU : librairie@tulitu.eu

La rencontre sera tiendra à la Bellone 46 rue de Flandre à 1000 Bruxelles

 

 

Jeudi 10 octobre à 19h Rencontre avec Louise Warren

Crédit : Richard Gravel

Née à Montréal, Louise Warren vit dans la région de Lanaudière.
Engagée dans l’écriture depuis 35 ans, elle a publié de nombreux livres de poésie et des essais.

Louise Warren nous présentera ses deux derniers titres dans la collection Lieu dit aux éditions Noroit. Il s’agit d’essais écrits lors de deux résidences d’écriture, l’une dans une abbaye et l’autre à Lisbonne.

“Le livre caché de Lisbonne” propose dix-sept promenades dans une ville vécue comme un vaste atelier d’écriture, ponctuées par des citations d’écrivains, dont plusieurs portugais. Louise Warren, en prolongeant ses essais récents, y trouve une nouvelle formulation de son esthétique, une expérience intime, mais toujours ouverte à l’autre. Un regard très personnel se porte sur les azulejos, sur l’architecture, sur le Tage, sur les ruines, entre autres. Les images représentant des espaces fermés, des fenêtres closes ou envahies par la végétation permettent d’imaginer ce livre caché qui, peu à peu, au rythme de la lumière et de la chaleur, se révèle à la lecture, laisse son empreinte dans l’imaginaire.”

Dans “L’enveloppe invisible”, dans le cadre d’une résidence d’écriture à l’Abbaye Val-Notre-Dame, dans Lanaudière, Louise Warren “entrelace les expériences du paysage, de l’architecture, de la vie intérieure et de la création. La forme fragmentaire répond parfaitement aux nombreux trajets proposés à la lecture, incluant des notations quotidiennes, des éléments autobiographiques, une interrogation de l’espace vécu, l’accompagnement d’œuvres d’art, l’écriture de la poésie et une contribution personnelle au Nature Writing. ”

Avec le soutien de la Délégation générale du Québec à Bruxelles

Jeudi 3 octobre à 19h Rencontre avec Elkahna Talbi (alias Queen Ka)

Elkahna Talbi est montréalaise.

On la connaît surtout sous le nom de Queen Ka, artiste de littérature orale.

“Moi, figuier sous la neige” est son premier recueil de poésie publié chez Mémoire d’encrier.

Le mot de l’éditeur : “Cultures et pays, enfance et vie d’adulte, famille perdue et communauté retrouvée. La poésie d’Elkahna Talbi rassemble cette parole vibrante qui fait de la Tunisie et du Québec un territoire immense, relié par de multiples histoires d’exils, d’amours et d’espoirs.
Elkahna Talbi se promène dans les rues de Montréal, avec sous le bras, un figuier secret. «Le figuier est l’écho du pays d’origine. Il est le frère que je n’ai pas eu. Il est un peu moi.»
Que devient-on quand on se déplace d’une terre à une autre? Un être divisé, travaillé par la solitude, l’arrachement et le désir de conquête. On porte en soi un monde contradictoire, fait de fragilités et d’imperfections. On bouscule l’horizon, on existe dans une mosaïque de temps.”

De passage en Belgique à l’occasion du Festival FrancoFaune, elle viendra chez TULITU pour une rencontre autour de son recueil “Moi, figuier sous la neige” ainsi que son travail comme artiste de littérature orale.

Ambiance chaleureuse garantie!

Mercredi 2 octobre à 18h à la Bellone Habiter le trouble avec Donna Haraway

Florence Caeymaex, Julien Pieron et Elie Kongs (éditions Dehors) viendront présenter l’ouvrage collectif, intitulé Habiter le trouble avec Donna Haraway paru aux Éditions Dehors.

“Habiter le trouble, dit Donna Haraway, est une invitation à penser, à ouvrir de nouvelles possibilités de cohabitation et de continuation, dans des temps de bouleversements écologiques et de violences nature culturelles sans précédent. Accompagnés de deux entretiens («Le rire de Méduse» et «La tentation de l’innocence»), les essais ici réunis se présentent comme autant d’enquêtes avec et à partir de Haraway – dans les domaines de l’anthropologie, de la philosophie, des sciences sociales et de la création artistique. Se proposant d’habiter le trouble sur des terrains divers, ces textes portent, chacun à leur façon, le témoignage d’une rencontre située avec l’œuvre de Donna Haraway. Croisant les figures des cyborgs et des espèces compagnes, auxquelles s’ajoutent aujourd’hui les créatures du Chthulucène, ils proposent de reprendre et de prolonger quelques-uns des motifs majeurs de son travail : le jeu de l’écriture et des tropes, la fabrication des temps et des histoires, l’importance de vivre en mortels, la puissance des politiques féministes.”

Textes réunis et présentés par Florence Caeymaex, Vinciane Despret et Julien Pieron

Avec des contributions de Jessica Borotto, Jérémy Damian, Donna Haraway, Kim Hendrickx, Ariane d’Hoop, Amandine Guilbert & Rémi Eliçabe, Elsa Maury, Isabelle Stengers, Lucienne Strivay, Fabrizio Terranova, Benedikte Zitouni

En collaboration avec la Bellone (46 rue de Flandre 1000 Bruxelles)

Réservation souhaitée à l’adresse courriel librairie@tulitu.eu